Alone in the Dark

PS2
Date de sortie: 20 Juin 2008
Développeur: Hydravision Entertainment
Éditeur: Atari

Présentation

Êtes-vous prêt à retourner dans les ténèbres ?

Le genre survival horror retrouve ses racines avec le retour d'une série qui a marqué ses débuts : Alone in the Dark. La suite de l'histoire du protagoniste du jeu original, Edward Carnby, vous invite à enquêter sur des événements surnaturels étranges et sur l'obscur secret que renferme Central Park, à New York.

À la manière des grandes séries télé structurées en plusieurs saisons, Alone in the Dark est divisé en plusieurs épisodes de 30 à 40 minutes de jeu, chacun se terminant sur un moment de suspense, suivi d'une bande-annonce de ce qui va suivre. Pour les joueurs qui reprennent une partie sauvegardée, l'épisode commence par un résumé du précédent pour leur rafraîchir la mémoire.

Avez-vous peur du noir ? Peut-être que vous devriez...

  • Un nouvel opus qui respecte l'héritage du premier Alone in the Dark, l'un des pionniers du survival horror, sorti en 1992.
  • Un gameplay ouvert, qui inclut des missions secondaires.
  • Écrit par l'auteur à succès du New York Times, Lorenzo Carcaterra.

Preview

Peur dans le noir ?

Rien de plus ordinaire que de voir un type courir à Central Park. Là où ça surprend, c'est quand une horde de monstres assoiffés de sang est à ses trousses.

Edward Carnby, enquêteur spécialiste du paranormal, souffre d'amnésie. Ce n'est pas forcément un mal, vu la nuit qu'il s'apprête à passer. Meurtri, il se réveille dans un bâtiment inconnu, alors qu'un homme le traîne sur le toit dans le but de l'exécuter. Heureusement, une force invisible projette le bourreau contre un mur, permettant à Edward de s'engouffrer dans un ascenseur au moment où le bâtiment commence à s'effriter.

En route vers la sortie, il sauve Sarah Flores d'une horde de monstres. Nos deux tourtereaux se mettent alors en tête de quitter une Manhattan qui commence à grouiller de créatures plus voraces les unes que les autres.

Dès ses premières minutes de jeu, Alone in the Dark vous prend à la gorge pour ne jamais laisser retomber la tension. Dans la première scène, Edward s'échappe d'un bâtiment qui s'effondre. Pour ce faire, il doit descendre en rappel dans une cage d'ascenseur, jouer les chats de gouttière sur le rebord d'un toit, tout en évitant les gravats incandescents qui tombent dans sa direction, et cogner du monstre à l'aide d'un extincteur. Ce rythme effréné est maintenu jusqu'au dernier moment, écartant toute envie de bâiller.

Parmi les trouvailles au niveau du gameplay, on peut souligner le rôle du feu qui peut être l'ami ou l'ennemi d'Edward. S'il s'en approche trop, il se brûle. Mais il peut l'utiliser à ses propres fins, transformant un bâton trouvé ici ou là en torche ou en gourdin enflammé. Parfois, il lui faudra éteindre un foyer qui l'empêche de traverser un couloir. D'un autre côté, il devra à l'occasion brûler un tas de bois entravant son chemin.

Si Alone in the Dark propose bien des énigmes, le jeu se démarque des autres survival par la quasi-absence de manivelle ou de levier. Edward étant un enquêteur, il vous faudra, pour avancer, exploiter votre sens de l'observation pour découvrir divers indices. Vers le début du jeu, par exemple, vous trouvez une porte close dont le clavier de verrouillage est couvert de sang. À tout moment, vous pouvez enfoncer la touche L3 pour qu'Edward ferme les yeux, ce qui fait briller certains objets importants et vous montre la direction à prendre. Ces énigmes, inventives, vous permettent de souffler entre deux scènes d'action.

Le soft propose également son lot de combats contre les mutants humanoïdes, chauves-souris et autres bébêtes hantant Central Park. Edward est équipé d'un flingue. Malheureusement, les munitions se font plutôt rares. Il va falloir utiliser le système D et improviser avec les éléments du décor. Chaises, bouts de bois, tables basses... Tout est bon à prendre pour tabasser du monstre ! Par ailleurs, vos armes de fortune sont encore plus efficaces si vous les embrasez. Vous pouvez également transformer des bonbonnes de gaz en lance-flammes ou lancer des bouteilles d'alcool et tirer dessus pour qu'elles explosent.

Avec ses munitions et ses bonus de santé distribués au compte-gouttes, ainsi que sa tension à son comble de bout en bout, Alone in the Dark s'inscrit solidement dans le genre survival horror. Néanmoins, par son rythme soutenu, il se démarque clairement des Silent Hill et autres Resident Evil. Il joue la carte du grand film d'action, enchaînant les moments de bravoure spectaculaires. Il jouit d'un dosage équilibré entre énigmes et combat, ainsi que d'un scénario original et bien ficelé. Aucun doute : nous avons là affaire à un titre PS2 qui en jette.

Si vous recherchez du rythme et du frisson, vous allez être servi avec Alone in the Dark.


Partager

Google+

PlayStation Mobile est arrivé

PlayStation Mobile est arrivé

Jouez à des jeux géniaux sur votre smartphone, votre tablette et votre PS Vita

Jouez dès aujourd'hui

Le PSN s'invite sur Facebook

Le PSN s'invite sur Facebook

Publiez vos infos PSN sur Facebook et affichez fièrement vos trophées !

Plus d'infos

PSP sur YouTube

PSP sur YouTube

Visionnez toutes les nouvelles vidéos PSP sur notre chaîne officielle PSP YouTube  !

Visionnez les vidéos et laissez vos commentaires !